Formations 2020

Écriture de la spatialisation sonore
avec Sound Trajectory et Spat Revolution

Une formation complète d’une semaine où se côtoient les arts du son.
Pour auteurs et intermittents, créateurs de son et techniciens
Alternant théories et pratiques
Penser, créer et diffuser le son sur une infinité de dispositifs sonores : du casque au dôme de haut-parleurs en passant par tout type de salles de concert, cinéma, théâtre, stade et plein air.
Salle de formation équipée de Protools, Reaper, Max, Live, Sound Trajectory et Spat Revolution
Studio avec dispositif de 16 haut-parleurs
Expérience de perception en salle anéchoïque.

Histoire et esthétiques
Écoute comparative sur dispositif multicanal 16hp
Prise de son ,
Traitement audio,
Sampleur & Synthèse
Outils de création interactive et modulaire en temps réel.
Workflows pour le studio ou pour la scène

Improvisation / Performance / Installation / Cinéma / VR / Live
Sound Trajectory et Spat Révolution sont utilisé conjointement et exploré en profondeur sur toute la formation.

Approche spatiale : narrative, architectural, dynamique, harmonique, spectral, interactive, topographique, modulaire, kinétique, cinétique, automatique, procédural et plus encore.

Dans les murs de la plateforme MAS (musique audio son) du LMA Laboratoire de Mécanique et d’acoustique.
À Marseille

1 session par mois

Sessions 2020 :
• 9 au 13 mars
• 6 au 10 avril
• 11 au 15 mai
• 8 au 12 juin

https://www.tripinlab.com/formation/

Écriture de la spatialisation sonore

Studio, Léonore Mercier et Amélie Nilles

Préfiguration du studio immersif au LMA, Résidence de Léonore Mercier et Amélie Nilles

Depuis mi-juillet, une préfiguration du studio immersif imaginé pour la plateforme MAS du
LMA résonne dans les murs du laboratoire.

Équipé de 16 enceintes dédiées à la spatialisation sonore, ce dispositif d’essai a permis d’accueillir pour une première résidence courte les compositrices Léonore Mercier et Amélie Nilles, membres du collectif OTRA, coorganisateur avec le LMA et Tripinlab de l’aménagement du studio.

De retour d’un tournage en Galice pour un projet de film de Léonore Mercier autour des chevaux sauvages, celles-ci ont inauguré le studio avec des séances d’écoute de prises de son ambisoniques de Field-recording réalisées avec un micro AMBEO VR Mic (Sennheiser) prêté par l’Ircam. Pendant toute la durée de leur résidence, elles ont également capté des sons de Marseille, mais aussi au LMA, pour un projet de composition au format HOA3D.

À l’issue des 10 jours de résidence dans le studio, Léonore et Amélie ont réalisé une courte pièce de démonstration pour présenter quelques techniques de composition immersive offertes par le couple de logiciels : Sound Trajectory et Spat Revolution. Cette composition alimentera le contenu pédagogique des futures formations professionnelles dédiées à la création de composition en audio 3D, proposées sur la plateforme MAS du LMA.

Sound Trajectory est un outil d’écriture dédié à la spatialisation sonore. Il présente une interface 3D permettant de dessiner simplement des trajectoires pour mixer des sources sonores. Il propose tout un panel d’approches innovantes et singulières pour penser, jouer et composer le son dans l’espace. Le sampler joue des sons sur les trajectoires, le mixer y déploie ses sources et un espace modulaire permet de designer des interactions dynamiques en fonction des paramètres du son, mais aussi de notes et messages midi et osc.

Spat Revolution, développé par la société Flux et l’Ircam, est un outil offrant une grande variété de techniques et processeurs de mixage adaptés à de nombreux contextes. Il est issu du Spat de L’Ircam, un outil de référence pour le son immersif depuis plus de 20 ans.

Cette première expérience a reposé sur un dispositif préliminaire qui laissera place, début 2020, à une version étendue suite à un réaménagement prochain du studio. Il offrira une répartition des enceintes homogènes avec une correction acoustique de la salle optimisée pour les caractéristiques du dispositif de diffusion.

Ce studio accueillera au premier trimestre 2020 les stagiaires des formations à l’écriture sonore en 3D, un programme de découverte, affranchi des limites du mixage stéréo, ouvert sur la création de nouveaux espaces immersifs.

Léonore Mercier est plasticienne, réalisatrice et compositrice, son approche est transversale entre ces différents médiums.

La relation alchimique qui s’opère lorsque les médias s’interpénètrent est pour elle source d’inspiration. Les mondes plastiques, sonores et visuels se mélangent, se confrontent, s’harmonisent. La pratique du piano classique, de l’électro-acoustique, du jazz, de la radiophonie, et ses prises de sons naturels et bruitistes alimentent ses compositions musicales et sonores mêlant l’imaginaire, la fiction, le documentaire. Elle élabore des  univers cinématographiques où le son nous fait voyager dans nos propres images mentales. Elle conçoit des expériences d’écoute sous forme de sculptures tactiles, des installations interactives, des performances, des vidéos qui invitent à l’introspection par les sens. Dans son installation « Damassama », amphithéâtre de bols tibétains, elle réserve au visiteur la place de chef d’orchestre, initiateur par sa gestuelle de réactions instrumentales.

L’importance de la place du spectateur est aussi en jeu dans son installation le Synesthésium. Le Synesthésium est un dôme de six mètres de haut, d’armatures métalliques sur lesquelles sont accrochées 24 enceintes qui permettent une immersion 3D sonore. Les sons sont spatialisés en direct par l’utilisation de capteurs. Le public est ainsi plongé dans un espace sonore mouvant.

Site internet : https://www.leonoremercier.com

Amélie Nilles est une compositrice de musiques électroniques résidant à Paris. Influencée par la musique électroacoustique et le jazz, qu’elle a étudiés au conservatoire, elle mêle sa voix aux sons qu’elle capte dans l’environnement (field recording), afin de créer un tout organique. L’espace tient une place aussi importante dans sa musique que le matériau sonore.

Elle est diplômée en Musicologie de l’Université Paris VIII au niveau Master 2. Ses recherches, effectuées sous la direction d’Anne Sèdes (CICM), ont porté sur la notion d’espace dans les musiques électroniques, et ont concerné en particulier les aspects compositionnels et perceptifs, ainsi que la notion d’immersion et l’expérience du corps de l’auditeur. Elle continue à expérimenter diverses techniques de restitution du champ sonore, telles que l’Ambisonie (notamment via la bibliothèque HOA développée par le CICM), la Wave Field Synthesis (de Sonic Emotion) et le binaural. Elle collabore également avec différents artistes de musique électronique tels que Molécule. Elle propose une approche qui place la dimension espace de la musique au coeur de composition.

Pour consulter ses thèses de Master sur la spatialisation des musiques électroniques  : https://univ-paris8.academia.edu/AmelieNilles

Soundcloud  :  https://soundcloud.com/amelie-nilles

Maxence Mercier est compositeur et artiste numérique. Il manipule le son et l’image avec des dispositifs numériques qu’il développe pour ses propres besoins d’écriture. Né en 1982, Formation éclectique, premières expériences musicales en groupe, puis pour le théâtre. Il découvre la composition électroacoustique auprès de Roger Cochini puis complète son apprentissage en collaborant aux activités de l’IMEB (Centre International de musique électroacoustique de Bourges). Depuis 2004, il se consacre à des projets de création entre arts numériques, musique et vidéo. Ses pièces ont été diffusées en France et à l’étranger : Usa, Canada, Belgique, Hollande, Chine, Brésil, où il obtient différents prix et sélections : le prix “résidence“ du concours de Bourges 2005, la bourse art numérique 2005 de la SCAM, CIMEPS 2005, Phonurgia Nova, Forum de la jeune Création musicale de la SIMC en 2004 et 2009. Il aborde les problématiques de la transmission de l’information par une approche esthétique, sociologique et comportementale, au sein de dispositifs d’installation et de compositions musicale. C’est dans la multiplicité d’interactions sensibles qu’il tisse les motifs de son écriture.

www.maxencemercier.com

Sound Trajectory, www.tripinlab.com

Spat Revolution, https://www.flux.audio/project/spat-revolution/

 

 

Séminaire de Jean-François LAPORTE

Le LMA organise, dans le cadre de la plateforme MAS, une conférence de Jean-François Laporte, artiste compositeur Québécois. Il présentera son travail de lutherie inventée, convoquant une réelle approche expérimentale relevant d’une ingénierie minutieuse et inventive.

Cela se fera dans le cadre des séminaires du LMA exceptionnellement un jeudi, le 6 décembre de 11h à 12h.

Quelques mots au sujet de Jean-François Laporte:
Le travail artistique et expérimental de jean-François Laporte l’amène à se présenter en Amérique du nord, Europe et Asie dans les champs croisés de la musique contemporaine, de l’art sonore et de la création numérique plastique, dans des lieux de recherches institutionnels ou alternatifs.
 
Ingénieur de formation, il entreprend par la suite des études de musique à Montréal, qu’il perfectionne à l’Ircam à Paris. Il se spécialise dans la fabrication de ses propres outils de création, augmentés par des dispositifs numériques de contrôle et d’interaction avec le vivant. Il termine actuellement un doctorat création à l’Université d’Huddersfield en Angleterre.
 
Jean-François Laporte parlera de son approche de la musique, basée sur une expérience de la matière concrète, du son à la base de toute sa démarche (que ce soit celle du compositeur, celle du performeur ou celle du luthier).
 
Jean-François Laporte parlera également de ses instruments de musique, de ses  installations. Il apportera un ou deux instruments pour faire une démonstration.
Il interprétera live la pièce Rituel pour FlyingCan , pièce de 8 minutes environ.
 
Quelques lien pour mieux apprécier le travail de Jean-François Laporte :

Virgile ABELA – pendule acoustique

 

Virgile Abela musicien et artiste sonore

installation générative > VIDEO

Le projet repose sur la mise en corrélation entre l’acoustique et la gravité de manière générative.

Écho artistique du pendule de Foucault, cette installation cinétique évoque la recherche du mouvement perpétuel. À la fois sonore et dynamique, Pendule Acoustique s’inscrit dans le prolongement des expérimentations proposées par Steve Reich en 1968 avec Pendulum Music.

 

Ici, le projet anime un pendule qui, au départ immobile, génère son propre mouvement. Il sonifie ses oscillations par la modulation d’un feedback électroacoustique entre un micro et lui-même, dont un patch max/ msp augmente considérablement les possibilités dynamiques et sonores.

 

L’installation est conçue à terme comme un dispositif modulaire, de 1 à 4 pendules. Elle a vocation à évoluer en fonction des lieux (qu’ils soient conventionnels : espaces d’exposition – ou atypiques : friches, espaces extérieurs, espaces habités ou résonnants), des situations, des thématiques. Elle peut se décliner en performance, intégrer une scénographie ou offrir un support collaboratif ou pédagogique.

  • Production déléguée :

M2F Créations I Lab GAMERZ

  • Avec l’accompagnement du CNRS, LMA – Laboratoire de mécanique et d’acoustique, au sein de la plateforme MAS – musique audio son.

Patrick Sanchez, ingénieur de recherche, programmation informatique sous python, programmation arduino des capteurs.

Etienne Gourc,mathématicien et mécanicien, fabrication du prototype.

  • Collaboration programmation max/msp: Julien Bayle
  • ECM – Ecole centrale de Marseille. Christian Jalain, ingénieur. Filière bureau d’étude
    Julien Garot, Elliot Drees, Martin Barbot, étude du projet.
  • Ateliers de fabrication. LMA – CNRS
    Atelier Meta2
    Atelier Ondes Parallèles
  • Résidence au Chateau Ephémère (Yvelines)
  • Avec le soutien de : Scène 44 n+n Corsino Databitme